Jumat, 01 Maret 2013

Que s'est-il passé le 1er mai 1963 Status in Land Of PAPUA?


Pourquoi les Papous appellent-ils ce jour, le «jour de l’annexion».
En vertu de l'Accord de New York du 15 Août 1962, les gouvernements indonésien et néerlandais décidèrent de transférer l'autorité sur la Papouasie occidentale à une autorité provisoire des Nations Unies.
Cette administration fut mise en place le 1er Octobre 1962, lorsque l’Autorité exécutive temporaire des Nations Unies (AETNU) succéda aux Pays-Bas.

L'AETNU avait pour but de faciliter le processus de décolonisation de la Nouvelle-Guinée néerlandaise, et la mise en œuvre du droit à l'autodétermination pour le peuple papou de la Papouasie occidentale. En réalité, l'AETNU a rendu possible le transfert de la Papouasie occidentale aux mains de l’Indonésie.
Pour la première fois dans l'histoire, une administration provisoire, opérant sous la bannière des Nations Unies, fut utilisée dans le seul but de servir les intérêts des États et d'ignorer l'existence d'un peuple et de leur dénier leurs droits.
L'AETNU a rendu un grand service aux Pays-Bas: en effet, les Néerlandais avaient tenté de s'accrocher par la force à ce dernier morceau de territoire colonial, chose qui ne leur fut quand même pas permise. Grâce à l'AETNU, au lieu d'avoir à subir l’affront de la capitulation et de la défaite, le gouvernement néerlandais se voyait muni d'un moyen idéal pour sortir d'une situation embarrassante, étant donné que la Papouasie occidentale n’allait plus faire partie du Royaume des Pays-Bas.
L'AETNU fut aussi considérablement généreuse envers l’Indonésie: le 1er mai 1963 une passation de pouvoirs eut lieu et l'administration fut tout simplement remise à la République indonésienne. Ainsi, même bien avant le référendum de 1969, l'Indonésie avait acquis une nouvelle province, riche en ressources minérales. Et bientôt, grâce à ce nouveau territoire, Jakarta allait être doté de son plus gros contributeur d'impôt étranger, la compagnie américaine Freeport McMoran.
Par conséquent, on peut dire que le 1er mai 1963 est la date de l'annexion de la Papouasie occidentale par l’Indonésie. La passation de pouvoirs ce jour-là a enfreint le droit international, a bafoué les principes de la démocratie et a violé les droits fondamentaux des Papous.
Pour les coûts de l’opération, l’Indonésie et les Pays-Bas payèrent chacun la moitié. Les Hollandais et les Indonésiens ont payé avec de l'argent, les Papous ont payé de leur vie et ils continuent de payer de leur vie, jusqu’aujourd'hui.

Après le départ de l'AETNU, le 1er mai 1963, les Papous furent privés de toute possibilité d’exercer librement leur droit à l'autodétermination ; un droit que l’on ne peut exercer qu’à travers un référendum où chaque votant a une voix (le système du «one man-one vote»). Le référendum reste le seul moyen légal et acceptable pour la mise en œuvre du droit à l'autodétermination d'un peuple.
Au lieu d’un référendum, en 1969, un vote frauduleux fut organisé, le soi-disant «acte du libre choix» (Act of Free Choice), lors duquel 1026 Papous (sur une population de 700 000 à l'époque), choisis par les autorités indonésiennes, ont été mis sous pression pour voter pour l'intégration en Indonésie.
Les Papous se réfèrent à ce scrutin comme l’«acte du non-choix» (the Act of No-choice): personne n’avait respecté, ni pris en compte les droits du peuple papou, le Néerlandais ne l’ont pas fait, les Américains ne l’ont pas fait. L'ONU ne s’est pas souciée de le faire non plus : elles avaient gardé la durée de leur séjour en Papouasie occidentale aussi courte que possible, et elles sont parties dès que possible. 


Il faudra ce jour-là commémorer les cinquante ans de cette passation de pouvoirs, les cinquante ans du jour de l’annexion de la Papouasie occidentale. Il faudra ce jour-là rappeler au gouvernement indonésien, au gouvernement néerlandais, au  gouvernement américain et aux Nations Unies qu’ils sont entièrement responsables de la manière déplorable avec laquelle le processus de transition a été mis en œuvre, ce qui a conduit à 50 années de souffrances et de violations graves des droits de l'homme commis contre le peuple papou
Poskan Komentar